Isolation d’un toit-terrasse en bois : quels matériaux choisir ?

Total
0
Shares

S’agissant de l’isolation thermique d’une toiture terrasse en bois, le choix de l’isolant et de la technique d’étanchéité doit tenir compte de la nature du support et de la performance visée. Le type de la toiture (technique, accessible ou non, végétalisée) ne sera pas en reste. Vous en saurez un peu plus sur l’isolation thermique de votre toiture en cliquant ici.

Un toit-terrasse, c’est un espace supplémentaire, même s’il est situé à l’extérieur de l’habitation. C’est l’alternative idéale, notamment en milieu urbain où la place fait terriblement défaut, rendant souvent impossible l’aménagement d’un jardin.

Le toit terrasse en bois et ses caractéristiques

Il est plus courant de trouver des toits-terrasses en béton. Les murs, également conçus en béton ou autres éléments minéraux supportent le poids, pour le moins conséquent, de ce type de toiture. Mais la toiture-terrasse est également envisageable pour une construction en bois. Avec les mêmes principes que le toit-terrasse en béton, on va arrimer une structure en bois comme le solivage sur les murs. Sur celle-ci viendront prendre appui les panneaux en bois ou métal, qui font office de revêtement.

L’isolation et l’étanchéité sont indispensables pour parfaire le dispositif. Il est essentiel de veiller à ce que les panneaux s’adaptent à l’extérieur. Outre les surcharges climatiques comme la neige et le vent notamment, l’ensemble doit résister au poids du toit-terrasse. Sa légèreté, ainsi que sa rapidité d’installation font les particularités et les atouts d’un toit-terrasse bois. Néanmoins, il faut garder en tête qu’une pose approximative et toute erreur de conception sont susceptibles de rendre cet ouvrage particulièrement sinistrable.

L’installation de l’isolation sur un toit-terrasse bois

La solution d’isolation du toit-terrasse à adopter sera inhérente aux caractéristiques de celui-ci. Sont à considérer le type de construction (bois ou béton), le type de terrasse (végétalisée, accessible, etc.). Globalement, l’ITE ou isolation thermique par l’extérieur, ou encore la toiture chaude, convient à une hauteur sous-plafond restreinte. Et dans le cas contraire, l’ITI ou toiture froide, sera plus adaptée.

La pose de l’isolant se fait donc, soit sur l’élément porteur, intercalé d’un pare-vapeur, soit, on place l’isolant sous la lame d’air que l’on crée en-dessous de la structure porteuse, et qui est ventilée. Pour la mise en œuvre de la toiture chaude, les matériaux en sous-face doivent nécessairement être des matériaux perméables, capables de résister aux vapeurs d’eau. Leur rôle est aussi de favoriser les échanges hygrométriques qui ont lieu entre l’air intérieur et le bois.

Quels matériaux pour l’isolation d’un toit-terrasse bois ?

Comme pour le choix de la technique, celui du matériau sera aussi tributaire au type de toiture, à la nature du support, des attentes en termes de performances et de la technique. En toutes circonstances, le matériau isolant sera idéalement certifié, résistant et en conformité avec les normes.

Si le toit-terrasse en bois est accessible (pour l’entretien et les passages en général), le choix du matériau doit alors se porter sur un matériau isolant doté d’une grande résistance mécanique et rigide. Les possibilités sont nombreuses, pour ne citer que le polyuréthane, la mousse phénolique, le polystyrène expansé et extrudé, les laines minérales denses, le verre cellulaire ou les panneaux de liège.

Les laines minérales ou végétales, les laines de chanvre, les laines de lin et de mouton sont plus appropriées pour un toit-terrasse isolé par l’intérieur. Et s’il s’agit d’une toiture terrasse végétalisée, des isolants classiques ou traditionnels comme la laine de roche et le polystyrène expansé permettront de conforter l’isolation déjà doublement présente. Effectivement, le substrat et la végétalisation de ce type de toit forment une couche isolante.

1 comment
  1. Bonjour ! Peut-on faire des toits terrasses sur les maisons container ? Quels matériaux pensez-vous qu’on pourrait utiliser car la structure est peut-être plus fragile ? j’ai toujours été sensible au sujet de l’écologie, et en plus ce genre de maison permet de faire des économies, donc le concept pourrait être intéressant, non ? Je pense vraiment que ce genre de maison est importante aujourd’hui, pour la sauvegarde de la faune, de la flore, en bref de l’environnement. Dans les pays du Nord, c’est devenu une habitude. En France, nous sommes encore frileux là-dessus et c’est vraiment dommage, ça commence à venir mais il y a tellement à faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi